Cuisiner à Cuba (souvenirs de Cuba II)

Cuba présente un territoire varié et très naturel. On peut en quelques kilomètres rencontrer la savane puis une forêt pluviale, puis une forêt dense. Les espèces animales et végétales sont, pour l’européen que je suis, exceptionnelles. La diversité des lézards et des oiseaux (on peu rester des heures observer un colibri en train de s’alimenter) est épatante. Lors d’une excursion qui devait m’amener sur la cime la plus haute de Cuba, le Pizo Turquino (1900 m), je suis passé par un pueblesito (un petit pueblo = village) dans la forêt pluviale. C’est là que j’ai trouvé une cuisine assez étrange. Elle se trouvait sous un patio qui la rattachait à la maison d’habitation. Dans une ouverture de la seule paroi, il y avait un plan de travail et de cuisson, avec un robinet d’eau courante. Les déchets étaient recyclés directement.

cuba_II_1

Quant on mange dans les maisons d’hôte à la campagne (bon, elles ne sont pas officielles, mais l’accueil est exceptionnel) le poulet servi au repas est très frais …

cuba_II_2

Les cubains mangent tout. Et les méthodes de chasse sont très artisanales et doublement dangereuses: d’une part, la chasse en tant que telle (pour chasser en mer, il faut aller loin de la côte, sans équipement particulier, avec une chambre à air comme moyen de locomotion, au milieu des requins notamment), d’autre part, le fait que chasser est strictement interdit et puni avec l’emprisonnement. Les proies? toute sorte d’oiseaux, des iguanes, des tortues maritimes, des possons, des langustes, des crevettes pour ne citer que quelques animaux sauvages.

cuba_II_3

cuba_II_4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.